IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

Le portrait de la semaine

Mylène Prévot. Cette esthéticienne auboise s'est lancée sur le créneau original du salon de beauté ambulant.

Elle roule pour la beauté

Créer son entreprise était pour elle une évidence, tout comme le choix de son domaine d'activité. «  Maman était esthéticienne et j'ai su très tôt que je voulais faire ce métier », explique d'emblée Mylène Prévot, dont le goût pour les contacts allait guider la route. Ayant quitté les bancs de l'école à quatorze ans et demi, après la troisième, elle préparera d'abord un CAP de vente au CFA de Troyes, avant de se former à son métier de prédilection. C'est en 2012 et avec en poche un CAP d’esthétique, qu'elle entre dans la vie professionnelle, en tant que salariée : «  J'ai fait des stages puis j'ai travaillé en institut jusqu'en 2015 à la parfumerie Beauty Success à Barberey. J'y ai appris beaucoup, tant dans le domaine des soins que celui de la parfumerie ». 

À en croire le tableau élogieux qu'elle brosse de l'institut de beauté où elle a fait ses premières armes, tout aurait pu rouler de cette manière de longues années encore. C'était sans compter un indéfectible besoin d'indépendance de la jeune femme. Sans compter non plus une solide détermination à voler de ses propres ailes, acquise dès son plus jeune âge. Car, dans la famille Prévot, créer son entreprise est une seconde nature. C'est par exemple Isabelle, sa maman, qui, suite à un licenciement, avait décidé en 2009 de se lancer en reprenant un bar, qu'elle a tenu pendant quelques années à Saint- Julien-les-Villas, dans l'agglomération troyenne. Avant de s'associer à son mari Eric (le père de Mylène) pour investir dans une autre société. Puis ce fut au tour de Jonathan, le frère de Mylène, de s'installer à son compte. «  Mon environnement familial a sûrement influencé ma façon d'appréhender mon avenir professionnel », analyse-telle.

De l'idée au projet

C'est pendant sa grossesse qu’a germé l'idée de créer son entreprise. Mathéo est né en novembre 2015 et l'année suivante sera l'occasion pour la jeune maman de garder son bébé tout en peaufinant son projet professionnel. Mylène Prévot avait initialement vu les choses en grand. Et c'est parce que l'institut de beauté qu'elle prévoyait de créer dépassait ses moyens financiers, qu'elle a dû réduire la voilure et envisager d'autres solutions pour s'installer à son compte. Transformant une contrainte en atout, elle a ainsi imaginé d'autres solutions, moins coûteuses et correspondant tout autant à son aspiration à devenir indépendante. Elle a alors pensé transformer la caravane familiale… 

« Mon mari fait de la moto-cross et il n'envisageait pas de voir repeinte en rose la caravane servant à nos déplacements de loisirs », sourit-elle. Le choix d'un camping-car s'est rapidement avéré plus adapté à son activité : « J'avais une idée précise de ce que je voulais, un véhicule en bon état et avec un intérieur de couleur claire. Et cela a été très compliqué de le trouver. Ensuite il a fallu le rendre fonctionnel. Mon papa, mon papy et mon frère ont réalisé tout l'aménagement. Les lits existants ont été enlevés pour monter des parois. Nous l'avons ensuite équipé d'une table de massage, d'un appareil à cire et d'un coin onglerie ».

Un service de qualité et de proximité

« L'important pour moi était de créer un lieu agréable et chaleureux ». Et de citer, outre le bien-être, la convivialité au premier chef de ses préoccupations : « Tous mes soins sont biensûr réalisés dans les règles de l'art mais également dans la simplicité. Ici, pas de chichis. Je veux que mes clientes se sentent à l'aise. On se parle comme si l'on allait boire un café entre copines ». 

  • 1994
    Naissance à Troyes le 29 janvier. 
  • 2011 
    CAP de vente. Puis CAP Esthétique en 2012. 
  • 2012-2015 
    Esthéticienne à la parfumerie Beauty Success de Barberey-Saint-Sulpice. 
  • Janvier 2017 
    Ouverture de son campingcar rose Beauty Mobile.

Parmi la clientèle lui faisant déjà confiance, quelques personnes n'ayant jamais franchi le pas de se faire chouchouter en institut de beauté viennent rejoindre celles, plus habituées à cet univers, déjà séduites par la formule. Elles apprécient en effet d'avoir à leur porte toute la qualité des soins esthétiques, avec ou sans rendez-vous. Pas de déplacements et par conséquent un indéniable gain de temps sont autant d'atouts les incitant à adhérer au concept.

Circuler dans un rayon de 50 km

Parmi les démarches les plus chronophages figurent notamment les demandes d'autorisation aux différentes municipalités. « Il s'est malgré tout écoulé moins de six mois entre l'achat du camping-car et mon installation », explique la créatrice auboise, qui a tenu à rencontrer les maires pour leur exposer son projet. Avec sur sa route une quinzaine de communes, « dont Saint-Julienles- Villas, Auxon et Les Riceys par exemple » et choisies dans un rayon de 50 km autour de son domicile à Saint-Parresles- Vaudes « en fonction des besoins et du potentiel », Mylène Prévot a d'ores et déjà un agenda bien rempli. 

Ses déplacements s’échelonnent d'après un roulement sur trois semaines, un laps de temps idéal pour la régularité des soins. « J'ouvre tous les jours, sauf les mardi et dimanche, de 10 à 17 heures l'hiver et jusqu'à 19 heures l'été », fait valoir la dynamique chef d'entreprise.

Benjamin Busson

Reportage