IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

L'article de la semaine

Evénement. Le Medef de la Marne organise les premières « Assises Départementales Sport et Entreprise », jeudi 26 novembre à l’hôtel de ville de Reims.

Gagnez en productivité grâce au sport

« Le sport, c’est plus efficace que les antidépresseurs », s’amuse Adrien Tingry, chef d’entreprise (voir ci-dessous) et président de la commission sport du Medef de la Marne. « Google oblige ses salariés à pratiquer deux heures par jour, sur leur temps de travail, car le sport permet une autre approche du management, apporte un esprit d’équipe, de la créativité », affirme-t-il en annonçant qu’une étude (lire encadré) portée par le Medef, le CNOSF et AG2R La Mondiale prouve justement le gain de productivité apporté par le sport. Cette dernière sera d’ailleurs présentée lors des « Assises Départementales Sport et Entreprise », jeudi 26 novembre à l’hôtel de ville de Reims (à partir de 17h).

La boxe, un sport pilote en entreprise

Parmi les personnalités attendues, des représentants de fédérations sportives (boxe), du sport universitaire, du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) de la faculté STAPS de Reims… viendront témoigner de l’intérêt de mieux considérer le sport, tant pour le développement d’une entreprise que pour celui d’un territoire.

DRH, dirigeants, responsables de collectivités locales… c’est donc un large public - 300 participants espérés - qui est invité à cette conférence. « Le sport, ce n’est pas qu’un gadget ou une opération de communication ponctuelle pour le Run in Reims. Il faut travailler sur la durée. Avoir des jeunes entreprenants apporte un dynamisme, une émulation et un même rayonnement international ».

« Notre action a plusieurs objectifs. Elle répond à une demande du mouvement sportif qui manque de dispositifs de formation et de reconversion pour les sportifs de haut niveau. Nous voulons montrer qu’à Reims et dans la Marne, nous avons des cursus qui peuvent accueillir les étudiants sportifs et un tissu économique qui leur ouvre aussi des portes », ambitionne celui qui animera justement une table ronde sur l’accompagnement des sportifs. L’autre volet des Assises consiste à « développer la pratique du sport en entreprise ou en partenariat avec des clubs sportifs ».

Générer une économie du sport

En s’appuyant justement sur l’étude présentée, le but est aussi de générer une économie pour le milieu sportif, dans un contexte ou les subventions publiques sont en diminution. « Nous allons servir de laboratoire pour la Fédération de Boxe afin d’initier à une nouvelle pratique, sans risque de se blesser. Des techniciens expérimentés pourront venir donner des cours. L’idée est de donner envie aux individus de pratiquer cette discipline en expliquant que c’est également accessible pour les TPE/PME », estime Adrien Tingry. Au-delà des cours collectifs, le développement de coupons sport, sur le modèle des tickets restaurants financés en partie par l’employeur, peut aussi être une solution selon lui. Enfin, cet événement doit pouvoir débattre de la création d’une économie du sport, une filière qui pourrait lier la pratique sportive aux nouvelles technologies dans le cadre de la création de start-ups : « Si nous avons des projets, il sera possible d’attirer des investisseurs ».

Cet événement, financé intégralement par le Medef et ses partenaires, est ainsi la première étape d’une dynamique à enclencher sur le territoire selon Adrien Tingry. « Cela va tester notre capacité à fédérer les différents acteurs », déclare-t-il, prêt à passer le relais et conscient que remporter cette première victoire permettrait de débuter un véritable travail d’équipe autour du sport et au service du territoire.


Entre +6 et +9 % de productivité par salarié

A la demande du Medef, du CNOSF et d’AG2R La Mondiale, le cabinet Goodwill Management a mené une étude sur l’impact du sport en entreprise. S’il est admis que les chiffres peuvent être discutés, l’impact positif du sport est en tout cas indéniable selon cette analyse. Il en ressort qu’une personne qui se met à pratiquer une activité physique et sportive améliore sa productivité de 6 à 9 %, en diminuant son stress, améliorant sa sérénité, sa condition physique, et sa motivation. Ce qui réduit l’absentéisme et le turnover. Cette fourchette varie selon l’engagement même des entreprises : plus celle-ci incite (et met des moyens) à la pratique sportive, plus elle obtient un retour sur investissement. En terme de rentabilité nette, le gain est donc estimé entre 1 % et 14 % par l’étude.

Au-delà des gains de performance (pour la société) et de bien-être (pour le collaborateur), encourager la pratique sportive est aussi bénéfique pour la société car cela réduit les dépenses de santé (-300 € par salarié). Plus concrètement, l’estimation annonce un allongement de l’espérance de vie de trois ans et un retard de l’âge du début de la dépendance de six ans.


Concilier sport de haut niveau et carrière professionnelle

Adrien Tingry a fondé le Campus des Savoirs il y a six ans, à Reims, et il vient de lancer son Campus des Sports.

L’activité principale du Campus des Savoirs est d’effectuer du soutien scolaire, à domicile ou dans son centre de formation (appelé Campus Domus) basé dans le quartier Clairmarais.

« Nous proposons un soutien qualitatif, à tous niveaux de la scolarité, des enfants aux classes préparatoires aux grandes écoles. Au niveau du baccalauréat par exemple, sur 460 élèves accompagnés, 1 seul a échoué », présente Adrien Tingry qui dispose d’un réseau de quelque 170 professeurs. « Les cours collectifs dans notre centre fonctionnent aussi auprès d’entreprises comme le champagne Veuve Clicquot / Krug dont les enfants du personnel peuvent profiter d’heures de soutien scolaire ».

Selon le chef d’entreprise, la nécessité et le succès de ces cours ne signifie pas forcément la faillite du système scolaire français mais cela témoigne surtout « du besoin d’aider les parents en terme d’autorité, de réussir à cadrer les enfants pour leur apprendre à consacrer du temps à leurs études ».

Cet ancien champion d’Europe junior d’aviron a donc naturellement fait le lien entre son activité professionnelle et le monde du sport en créant, à l’été 2015, le Campus des Sports : « Mon but est d’accompagner les sportifs de haut niveau, amateurs et professionnels ». Cela vaut pour des jeunes dans leur stratégie (orientation, études, carrière) mais aussi pour des sportifs en reconversion. Réussir dans ses études peut aussi permettre aux athlètes « d’avoir moins de pression au moment de la compétition car ils savent qu’ils ont une autre corde à leur arc », souligne Adrien Tingry.

L’autre dimension voulue par le dirigeant, qui a travaillé auparavant à l’accompagnement des sportifs olympiques de Picardie et auprès de la Fédération Française de Boxe, est de proposer du conseil aux structures sportives et aux collectivités locales afin de les assister dans leur développement.

Philippe Demoor