IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

L'article de la semaine

Industrie. Un an après la transmission réalisée par l’emblématique Jean-Pierre Dupire, Invicta (280 salariés dans les Ardennes) continue d’investir et de se développer.

Invicta a toujours le feu sacré

Les températures refroidissent, la pleine saison commence pour Invicta, le fabricant ardennais d’équipements de chauffage. En cette période d’activité intense, les effectifs montent jusqu’à 400 collaborateurs (280 salariés en temps normal) entre la fonderie de Vivier-au-Court et le siège social de Donchery (entre Charleville-Mézières et Sedan) qui abrite également l’émaillerie et le centre logistique. Cette activité saisonnière entraîne une importante campagne de communication avec près de 1 300 spots publicitaires diffusés sur les grandes chaînes de télévision jusque minovembre, des pubs dans lesquelles apparaît encore « l’homme aux poêles », Jean- Pierre Dupire, toujours actionnaire de l’entreprise bien que plus aux commandes après avoir cédé l’entreprise au fonds Qualium Investissement (filiale de la Caisse des Dépôts) en juillet 2013.

À fond la fonte

Aujourd’hui présidée par Christian Guillou, Invicta fabrique plus de 150 000 appareils de chauffage par an, annonce le numéro 2 de la société, le directeur général Cédric Kamerer. Une production made in France revendiquée et réalisée entièrement en fonte (seules les portes en verre et quelques accessoires sont sous-traités par l’entreprise) grâce à la fonderie de Vivier-au-Court. « Nous enfournons 200 tonnes de fonte, un matériau 100 % recyclable, chaque jour à 1 500 °C pour former les pièces nécessaires à la création des poêles, inserts, foyers, mais aussi de cocottes ou de barbecues. Ces pièces sont moulées grâce à des moules de sable par l’intermédiaire d’une machine imposante, une Disamatic dont il y a moins de cinq exemplaires dans le monde », présente Cédric Kamerer. Avant de rejoindre le site logistique et l’émaillerie de Donchery, les poêles sont assemblés sur place dans une organisation jugée non optimale par le directeur qui a donc organisé des groupes de travail pour repenser les flux. Les travaux de ce projet de 1 M€ ont débuté et se termineront à l’été 2015 et ils ont pour but « d’apporter de la linéarité » et donc une meilleure efficacité à l’usine.

Une imprimante 3d pour le prototypage

Une réorganisation qui valorisera ce qui fait la force de l’établissement selon Cédric Kamerer : « l’alliance d’un savoir-faire historique et l’incorporation des nouvelles technologies », avec par exemple un robot pour le parachèvement ou encore l’utilisation d’une imprimante 3D pour le prototypage des pièces. La fabrication additive est ainsi utilisée par le bureau d’études et le laboratoire de tests. Leur dernière nouveauté est ainsi l’élaboration d’un appareil mixte permettant de brûler du bois et des granulés « avec une grande simplicité d’utilisation pour passer d’un mode à l’autre », souligne-til. Un produit commercialisé après un an et demi de R&D. Au-delà de la fonctionnalité, le directeur assure qu’Invicta s’efforce aussi de « démocratiser le design en le rendant accessible car l’aspect décoratif du poêle, installé dans une pièce à vivre, est de plus en plus important ».

Des grandes surfaces de bricolage aux Invicta Shop

Invicta réalise 74 M€ de chiffre d’affaires, en grande majorité en France (30 % à l’export). Ces appareils sont vendus principalement en grande surface de bricolage mais aussi grâce à un réseau Invicta Shop, créé en 2012, et qui compte une trentaine de boutiques (dont celles de Charleville, d’Epernay, de Châlons et d’Arcis-sur-Aube) avec l’objectif d’en disposer de 50 courant 2015. Selon l’Ademe, le marché français est en effet en croissance avec 7,4 millions de ménages équipés et une prévision de 9 millions en 2020.


Invicta s’est offert une entreprise italienne comme cadeau pour ses 90 ans

L’entreprise ardennaise créée en 1924 a acquis le fabricant italien Caminetti Montegrappa en avril 2014.

La transmission de pouvoir réalisée en 2013 entre Jean-Pierre Dupire et les repreneurs (Christian Guillou et le fonds Qualium Investissement) avait notamment pour but de faire gagner des parts de marché à l’international. À peine un an après, l’entreprise ardennaise a racheté Caminetti Montegrappa (100 salariés, 35 M€ de chiffre d’affaires), un fabricant italien basé près de Venise. Plus qu’un concurrent, c’est une société spécialisée dans les poêles à granulés qu’a acquise Invicta, alors qu’historiquement l’entreprise ardennaise est plus présente dans le marché des appareils de chauffage au bois. « Invicta va donc accélérer sa croissance tant sur le marché très dynamique des poêles à granulés jusqu’à présent quasi exclusivement dominé par les fabricants italiens que par la pénétration en Italie de nos produits Made in France », se réjouit Christian Guillou.

Une complémentarité particulièrement intéressante donc dans l’évolution de l’entreprise créée en 1924 par Fernand Sueur et qui fabriquait alors des lavabos et autres produits sanitaires. Dirigée depuis 1967 par son petit-fils, Jean-Pierre Dupire, la sociétée s’est diversifiée : des cocottes en fonte en 1970, aux barbecues en 1980, à la production d’inserts et de foyers en 1988 puis aux poêles à bois en 2005. C’est le patron « au look rasta » qui a rendu célèbre la marque en se mettant en scène dans ses publicités. La croissance d’Invicta avait d’ailleurs poussé le Pdg à investir 6 M€ pour créer un centre logistique à Donchery en 2009.

Ancrée localement, le fabricant ardennais sponsorise notamment les clubs sportifs locaux, s’affichant sur les maillots de l’équipe de football de Sedan et les équipes de basket de Charleville- Mézières : l’Etoile (hommes) et les Flammes Carolo (femmes).

Philippe Demoor