IdentifiantMot de passe

Bonjour,
Le groupe de presse économique ForumEco rassemble un ensemble de journaux hebdomadaires régionaux habilités à publier les annonces légales
Nos services
Nous Contacter !

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales

L'article de la semaine

Métallurgie. En construisant des portes en plomb de plusieurs tonnes utilisées dans les centres de radiothérapie, l’entreprise de Chenôve, leader en France, a trouvé une niche qu’elle exporte désormais dans 36 pays.

Dib Production pousse les portes du monde

De la métallerie à la santé, il n’y a parfois qu’un pas et Dib Production en est une parfaite illustration. L’entreprise créée il y a 40 ans, implantée sur deux sites, à Chenôve et Orly, et qui emploie 65 salariés, est spécialisée dans la métallerie et la serrurerie pour le bâtiment et la construction (Dib Métallerie/Serrurerie). Elle travaille notamment pour Aéroport de Paris, la RATP ou la SNCF... Avec Dib Solutions industrielles, elle est également un sous-traitant industriel : elle conçoit et fabrique notamment des armoires à plateau coulissant pour charges lourdes destinées aux secteurs de l’industrie, de la défense ou de l’aéronautique. Ces deux services représentent 65 % de l’activité de l’entreprise qui affiche un chiffre d’affaires de dix millions d’euros par an.

Six mètres de haut

Dib Production développe aussi depuis une trentaine d’années un tout autre segment qui connaît un grand développement à l’international, autour de la radioprotection (Dib Radioprotection) : l’usine fabrique d’énormes portes métalliques contre les rayons ionisants. Une application qui a trouvé une résonnance dans les centres de radiothérapie. « Nous fabriquons et installons des portes lourdes motorisées et des parois dans les bunkers de la radiothérapie médicale, de la radiographie industrielle et de l’énergie nucléaire», détaille Michel Zahrai, le président. Conçues sur mesure, en plomb, acier, paraffine et polyéthylènes, pour notamment bloquer les neutrons, potentiellement dangereux pour la santé, ces installations peuvent peser jusqu’à 80 tonnes, mesurer plusieurs dizaines de centimètres d’épaisseur et atteindre six mètres de haut. Certaines d’entre elles sont notamment installées au centre Georges- François Leclerc de Dijon. « Ces portes, développe le fabricant, sont soumises à des ouvertures très fréquentes avec une criticité absolue en cas de non fermeture. Elles sont donc un élément essentiel de l’équipement lors d’un traitement médical mais restent un marché de niche ».

Leader en France

Grâce à des contacts avec des constructeurs étrangers d’accélérateurs de particules, notamment suédois et américains, des centres de radiothérapie, c’est désormais dans le monde entier que ces équipements sont installés. Et l’activité a pris de l’ampleur ces derniers mois, avec une croissance de l’activité qui a bondit de 150 % en un an. Le fabricant vient par exemple de remporter des appels d’offres en Ouganda pour la pose de trois portes dans le premier centre spécialisé du pays. « On vient également de livrer des portes de radioprotection tout récemment en Algérie, en Tanzanie et au Kenya, où les centres dédiés à cette activité médicale sont encore peu présents, complète Michel Zahrai.Nous sommes aussi en contact avec Dubaï, qui va ouvrir un centre de référence mondiale pour le traitement des cancers liés aux tumeurs du cerveau », poursuit le dirigeant. Deux portes doivent par ailleurs être prochainement expédiées au Burkina Faso.

Leader en France avec 70% du marché, Dib Radioprotection dispose d’équipements dans 36 pays et 250 centres : 450 machines réalisées sur mesure ont déjà été posées. L’activité à l’export représente désormais près de la moitié du chiffre d’affaires du segment de radioprotection (1,5 million d’euros sur les 3,5 millions d’euros).

Pour poursuivre sa stratégie de développement à l’international, Dib Production est accompagné par le conseil régional de Bourgogne Franche Comté. Une subvention de 18.000 euros lui a permis de réaliser des études pour se rapprocher des marchés de la Roumanie et des Émirats-Arabes Unis. L’entreprise de Chenôve souhaite également multiplier les applicatifs à d’autres secteurs comme le nucléaire. Le développement de cette nouvelle activité pourrait se traduire dans les mois à venir, par une extension des bâtiments sur son site de Chenôve ou celui d’Orly.

Émeline Durand