IdentifiantMot de passe

Votre journal économique : Le Journal du Palais
Abonnez vous pour profiter de l'intégralité de nos services !
Nos services
Nous contacter
Contactez une autre édition

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales
Economie
Edition du 14/01/2013 au 20/01/2013

Le transport, cible privilégiée des pilleurs

Je dormais à soixante mètres d’ici et je n’ai rien entendu... » Jean-Louis Daujon n’oubliera pas le réveil auquel il a eu droit, le 9 janvier. C’est un de ses chauffeurs qui l’a prévenu. Il allait prendre son service à 6 heures du matin quand il a découvert que son camion n’avait plus ni chronotachygraphe, ni... rétroviseurs ! Le pire restait à venir puisqu’après avoir constaté ce vol, il a vérifié un autre véhicule sur lequel avaient aussi été dérobés des équipements, puis un troisième, un quatrième. Au total, neuf des douze camions de l’entreprise Trans TP Activités, basée à Lux, au nord de Dijon, venaient de faire l’objet d’un pillage en règle. Sur l’un d’eux, la totalité du tableau de bord a été démontée, sur un autre, 400 litres de gasoil ont été siphonnés. Rémy Daujon, qui a créé avec son frère, JeanLouis, cette PME de seize salariés en 1993, n’en n’est pas revenu : « nous avions déjà été confrontés à des vols de carburant ou d’outillage, mais une opération de cette ampleur, pour nous, c’est du jamais vu. » Ce patron en est certain : son entreprise a fait l’objet d’une opération très ciblée, réalisée par des gens qui savaient ce qu’il venaient chercher. « Quand on regarde ce qui a été volé, poursuit-il, on comprend que cela répond à une commande précise. C’est l’œuvre de “professionnels” . Mon concessionnaire n’en revenait pas qu’ils soient parvenus à démonter intégralement un tableau de bord, une opération déjà difficile à réaliser pour un bon technicien. » Le plus dramatique dans cette histoire, c’est que le vol et la dégradation du matériel se paient « cash » pour le fonctionnement même de l’entreprise. Un camion sans chronotachygraphe (le dispositif qui mesure le temps de conduite des chauffeurs) n’a pas le droit de rouler et, même sans cela, l’absence de cet équipement entraîne une limitation électronique de la vitesse à... 15 km/h. Le vol des rétroviseurs (800 euros pièce) rend, là aussi, toute utilisation du véhicule impossible. Rémy Daujon a chiffré le préjudice concernant le matériel volé ou dégradé. Il est d’au-moins 30.000 euros. À cela s’ajoute une perte d’exploitation pour l’entreprise évaluée à 10.000 euros rien que pour le jour du vol. Tous les camions ont dû être transportés chez les concessionnaires, pour réparation. La moitié de l’effectif de l’entreprise voit poindre des mesures de chômage technique. De plus, Trans TP Activités fait aussi du déneigement et dispose de trois camions pour cela. Tous étaient immobilisés au garage pour réparations, en fin de semaine dernière, alors que des chutes de neige étaient annoncées. Même si la PME va surmonter ce coup du sort, un certain écœurement était perceptible : « nos gars travaillent dur, la conjoncture est difficile, on se sent impuissant face à de tels actes. On n’avait vraiment pas besoin de ça... », conclut Rémy Daujon.

Le vol de pièces détachées se développe

Ce qui s’est passé pour l’entreprise Trans TP Activités de Lux illustre parfaitement l’émergence d’une délinquance qui frappe de plus en plus les entreprises de transport mais aussi les concessionnaires, distributeurs de ces véhicules. Avec, à la clé, d’énormes préjudices matériels et financiers et un impact sur l’activité qui, pour peu que l’entreprise touchée soit déjà fragile, peut avoir des conséquences désastreuses. À la Fédération nationale du transport routier (FNTR) de Bourgogne, on confirme la montée en puissance d’opérations de vol réalisées par des équipes manifestement motivées et qui répondent à des commandes précises. « Le vol de chronotachygraphes électroniques, explique Philippe Demonteix, délégué régional de la FNTR, prouve que ces voleurs agissent sur commandes : ces dispositifs sont dôtés de numéros de série qui les rendraient très vite identifiables en France. Nous pensons qu’ils alimentent plutôt des réseaux de trafic à destination des pays de l’Est de l’Europe. » Alors que les entreprises du secteur sont déjà confrontées au fléau du vol de carburant ou de fret, le vol de pièces détachées s’est développé de manière relativement récente dans notre région, mais en entraînant des préjudices d’une autre ampleur.

« De La Pièce Détachée Sur Parc »

« Les voleurs sont sans complexe, poursuit le délégué de la FNTR. Il font de la pièce détachée sur parc, dans les entreprises ou carrément chez les distributeurs de véhicules neufs. » Ces faits soulignent plus largement la nécessité pour les entreprises de mieux se protéger, même si la parade absolue n’existe pas. Cette sensibilisation, la gendarmerie y travaille. Depuis 2004, elle développe des actions sur la sécurité des entreprises et en particulier, sur l’intelligence économique (la protection des données internes d’une entreprise). Le capitaine Loïc Le Foulgoc est en charge de ces missions au sein de la gendarmerie de Bourgogne. « Nous avons des gendarmes référents qui interviennent auprès des chefs d’entreprise sur ces questions. Dans le cas de la PME de Lux, nous allons proposer nos services pour établir un diagnostic de sécurité. Nous travaillons sous l’égide de la préfecture et avec plusieurs partenaires administratifs. Nous nous déplaçons et nous faisons un diagnostic qui peut, par exemple, porter sur les risques d’intrusion. On aborde des questions matérielles mais souvent, on en arrive ensuite à la protection des données de l’entreprise, ce que l’on nomme l’intelligence économique. » Cette notion d’intelligence économique est plus ou moins évidente pour certains chefs d’entreprise et c’est la raison pour laquelle la gendarmerie de Bourgogne se rapproche d’organisations telles que la CGPME et le Medef pour mener des opérations de sensibilisation et d’explication. « Si un dirigeant veut des renseignements sur ces diagnostics, précise le capitaine Le Foulgoc, il faut qu’il se rapproche de la brigade la plus proche de son entreprise ».

Berty Robert



Appels d'Offres en ligne

11 Appels d'Offres consultables en région Bourgogne.

Vous pouvez trouver sur notre site des appels d'offres publiés dans nos journaux ainsi que dans des journaux confrères. Utilisez notre moteur de recherche pour trouver des marchés publics près de chez vous !

CONSULTER