IdentifiantMot de passe

Votre journal économique : Les Petites Affiches Matot Braine
Abonnez vous pour profiter de l'intégralité de nos services !
Nos services
Nous contacter
Contactez une autre édition

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales
Economie
Edition du 24/12/2012 au 30/12/2012

Le lean manufacturing ou la chasse au gaspillage

Une usine grandement automatisée, même si elle emploie plus de 200 personnes à Matougues (près de Châlons-en-Champagne), et possédant la plus grande ligne de production de frites surgelées au monde, Mc Cain vise sans cesse à maintenir, voire améliorer, son niveau de performance.

Le site (355 hectares dont 42 000 m2 de bâtiment) produit ainsi 200 000 tonnes de frites par an à destination des restaurants et de la restauration rapide. L’entreprise fonctionne en flux continu avec 4 équipes (bientôt 5). « En cas de problème sur la ligne, nous avons quinze minutes pour réagir avant que les produits s’oxydent. Nous avons donc un grand magasin de pièces détachées et nous essayons d’effectuer de la maintenance préventive plutôt que curative », explique Olivier Ohl, directeur de l’usine depuis juillet 2012. Lui-même formé dans différents sites du groupe et spécialiste de l’amélioration de la qualité, il explique que Matougues, opérationnelle depuis juillet 2001, est certes « très performante mais que l’usine n’avait pas cette culture de l’amélioration continue ». C’est justement la mission de l’ingénieur Sébastien Kucera recruté pour mettre en place les méthodes de lean manufacturing et ainsi améliorer tout ce qui peut l’être et lutter contre les gaspillages. Ce processus est aussi appelé kaizen en japonais car Toyota a été le pionnier en la matière.

Améliorer Le Conditionnement

À titre d’exemple, Mc Cain a ainsi mis en place un GRP (Groupe de Résolution de Problèmes, voir ci-dessous) pour résoudre les difficultés de conditionnement liées aux rabats de cartons ouverts qui nécessitent l’arrêt des palettiseurs. Matougues a en effet la particularité de coller les cartons alors que la plupart des autres sites du groupe les scotchent : « C’est une opération répétitive pour les opérateurs et elle nécessite beaucoup de déplacements. Nous avons comptabilisé en moyenne 125 arrêts par jour, soit 43 heures perdues chaque mois ». Mais avant d’envisager un investissement pour changer l’équipement, l’entreprise souhaite améliorer le processus existant.

Pour remédier à ces problèmes, le groupe de travail a effectué un brainstorming pour rechercher les solutions possibles et les prioriser. Le diagramme 5M ou méthode d’Ishikawa a ainsi mis en évidence que les Machines et la Méthode étaient les principaux points à améliorer (avant de réfléchir sur le Milieu, lles Moyens ou les Matières premières). « Nous avons effectué beaucoup d’actions et de réglages pendant 2 jours pour avoir un impact immédiat », détaille l’ingénieur. Ces efforts ont permis d’éliminer une quarantaine d’arrêts de palettiseur par jour et Sébastien Kucera annonce que pour arriver à l’objectif zéro défaut, « un plan d’actions a été programmé ».

Investissement

Le reproche souvent fait au lean est de viser à réduire les effectifs en contrepartie de l’amélioration des performances. À Matougues, un site qui a connu 17 jours de grèves fin 2011 pour des demandes de revalorisation salariale, Mc Cain compte plutôt investir et embaucher. « Aujourd’hui, nous avons 200 tonnes de pertes par jour qui sont envoyées dans nos usines du Nord-Pasde-Calais pour devenir des produits déshydratés (purée en sachet...). Nous allons donc démarrer, en mars, la construction d’une ligne de production de flocons qui devrait être prête en juillet. Cet investissement s’accompagnera de l’embauche de 10 collaborateurs », précise le directeur. En plus de cette valorisation totale, une source de progrès pour Mc Cain Matougues serait de réduire ses coûts de transport en convaincant les agriculteurs locaux : « Nous sommes l’usine du groupe à avoir les coûts les plus élevés car les pommes de terre parcourent 120 km en moyenne. La Champagne-Ardenne ne représente que 25 % de nos approvisionnements, contre 65 % pour la Picardie et 10 % pour le Nord-Pas-de-Calais », regrette Olivier Ohl, qui reconnaît que la production de pommes de terre est plus contraignante que les céréales, historiquement très présentes dans la région.



Alerte Annonce judiciaire legale

Recevez par fil d'actualité des annonces judiciaires légales !

Choisissez votre département et les types de procédures judiciaires légales que vous souhaitez obtenir et chaque jour, obtenez en la liste !

S'INSCRIRE