IdentifiantMot de passe

Votre journal économique : Le Journal du Palais
Abonnez vous pour profiter de l'intégralité de nos services !
Nos services
Nous contacter
Contactez une autre édition

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales
Economie
Edition du 08/09/2008 au 14/09/2008

Sagem Défense Sécurité vise haut pour Dijon

L’unité dijonnaise du spécialiste de l’optronique et de la navigation doit devenir site de référence pour les viseurs qui équipent les hélicoptères, les drones ou les chars d’assaut. Un programme d’investissement de six millions d’euros est engagé.

Des premiers zooms aux «boules optroniques » qui équipent les drones (avions sans pilote) et les hélicoptères militaires, l’usine occupée aujourd’hui par Sagem Défense Sécurité (groupe Safran) a toujours été un haut-lieu de l’optique de précision et de l’innovation. Le plan de développement 2008-2009 engagé par Sagem va conforter ce site industriel. Le groupe français annonce qu’il va faire de son usine de Dijon son pôle d’excellence en matière de viseurs, ce qui impliquera le transfert des activités de production actuellement implantées à Montluçon. Pour cela, il a engagé six millions d’euros d’investissement, qui vont permettre de moderniser le bâtiment, de l’étendre de 800 mètres carrés, d’y créer 1.200 mètres carrés supplémentaires de salles blanches (ce qui portera à 1.850 mètres carrés la surface de salles blanches) et de réorganiser entièrement le fonctionnement du bâtiment. Le pôle sera effectif au début de l’année prochaine. L’effectif actuel (250 salariés) sera alors porté à 270 personnes. La direction de Sagem à Dijon souligne que cette opération est réalisée avec un accompagnement social de haut niveau : mise en place d’un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences(GPEC), reconversion de plus de 70 personnes, aide à la mobilité… Les investissements conduits à Dijon s’intègrent dans le cadre d’un programme global à l’échelle de Sagem : « Le plan industriel pluriannuel vise notamment à améliorer la performance de l’outil industriel de l’entreprise pour ses activités “coeur de métier”, indique Danielle Lebrun,directrice de l’usine de Dijon. Il permettra d’accompagner la transformation des métiers de Sagem vers des activités différentiantes et à plus forte valeur ajoutée ». Dijon sera donc l’unique site de Sagem sur trois produits spécifiques : les périscopes pour sous-marins et viseurs pour applications navales, les viseurs terrestres pour véhicules blindés et les viseurs et boules optroniques aéroportés pour hélicoptères et drones. Des produits sur lesquels Sagem détient une place de leader : il est l’un des leaders mondiaux pour les viseurs terrestres, le numéro un européen pour les viseurs haut-degamme pour hélicoptères, et détient une des cinq premières places mondiales en matière de plateformes gyrostabilisées… Ses clients se nomment Eurocopter, EADS, Thales, Direction des chantiers navals, Direction générale de l’armement…

DES ATELIERS ÉTONNANTS

La visite des ateliers de Sagem à Dijon, habituellement inaccessibles au public comme à la presse, donne un aperçu étonnant des savoir-faire développés à Dijon. Au troisième étage, techniciens et ingénieurs s’affairent autour des boules optroniques qui seront installées, à Montluçon, à bord des drones Sperwer, entièrement développés par Sagem et qui ont déjà séduit les armées française, suédoise, grecque ou néerlandaise, ou qui seront positionnées sur des hélicoptères français ou allemands. Ces boules étant « gyrostabilisées », elles permettent d’obtenir une image nette en dépit des mouvements de l’appareil qui les porte. Elles peuvent embarquer aussi bien des caméras thermiques que des viseurs infrarouges, opérationnels par tout temps, de jour comme de nuit. Des bijoux de technologie, assemblés dans des salles blanches, à l’abri de toute poussière. L’armée canadienne utilise actuellement des drones Sperwer en Afghanistan. Sagem Dijon fabrique aujourd’hui des boules optroniques pour les hélicoptères Tigre français, espagnols et australiens, et produira celles qui équiperont le NH90, le futur hélicoptère européen. Dans les ateliers voisins, des viseurs – couleur kaki pour l’armée française, couleur sable pour les troupes des Émirats arabes unis – sont prêts à partir : ils seront installés sur des véhicules blindés ou des chars. Des commandes importantes ont également été passées par la Malaisie. Ces viseurs haute performance, l’armée française en équipe ses chars Leclerc et les a retenus également pour ses futurs véhicules blindés légers. Encore plus étonnant, le détour, au premier étage, par les ateliers dédiés aux périscopes. Appareils de veille ou de visée sont assemblés et testés à Dijon, dans un atelier de 15 mètres de haut où les mâts peuvent être soumis à des pressions aquatiques comme celles rencontrées en conditions réelles. Actuellement, les techniciens travaillent sur des commandes passées par la marine indienne pour équiper ses sousmarins Scorpène. Et demain, les périscopes sortis de l’usine dijonnaise seront installés à bord des six Barracudas, les futurs sous-marins nucléaires français. Périscopes, boules optroniques ou viseurs terrestres : les marchés sont donc là, prometteurs tant les armées sont tenues de se moderniser en permanence dans un monde incertain et menaçant. L’avenir paraît donc garanti pour le site dijonnais de Sagem Défense Sécurité. Patrice Bouillot



Alerte Annonce judiciaire legale

Recevez par fil d'actualité des annonces judiciaires légales !

Choisissez votre département et les types de procédures judiciaires légales que vous souhaitez obtenir et chaque jour, obtenez en la liste !

S'INSCRIRE