IdentifiantMot de passe

Votre journal économique : Le Journal du Palais
Abonnez vous pour profiter de l'intégralité de nos services !
Nos services
Nous contacter
Contactez une autre édition

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales
Portrait
Edition du 04/04/2011 au 10/04/2011

Écolo créative

La jeune architecte achève la réalisation de « sa » première maison, bâtiment éco-responsable exemplaire. Forte d'une expérience « inouïe » au sein du cabinet londonien Zed Factory, elle a créé son agence, avec son compagnon.

Pour décrocher le « job de ses rêves », Marine Jacques-Leflaive y est allée au culot. Elle est alors toute jeune diplômée de l’École spéciale d’architecture de Paris. Elle et son compagnon, Emmanuel Dupont, sont partis à Londres un peu comme ça, du jour au lendemain. Avec une idée derrière la tête quand même : Marine voulait à tout prix travailler au sein du cabinet Zed Factory, la référence mondiale en matière d’architecture durable. Elle rejoint les bureaux à vélo et obtient d’être reçue sans rendez-vous par le big boss, Bill Dunster. « Il a dû lire la motivation dans mes yeux ! » Banco. Marine intègre le prestigieux cabinet, où elle restera pendant quatre ans. « Une expérience extraordinaire, une agence inouïe, un monde incroyable ! » Ses yeux disent encore son enthousiasme d’avoir travaillé chez l’inventeur de BedZed, un quartier « zéro carbone » de trois hectares n’utilisant que des énergies renouvelables, construit à Londres en 1998… « La grande leçon que l’on retient quand on a la chance de travailler dans une agence comme Zed Factory, c’est que tout est possible. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui nous n’avons pas peur de nous lancer des défis. » Des défis comme cette maison « bioclimatique, passive et autonome » que la jeune agence fondée par Marine Jacques-Leflaive et Emmanuel Dupont construit à Puligny- Montrachet. Un bâtiment hautement vertueux, à la fois prototype de ce qui se fait de mieux en matière d’habitat éco-responsable, et une sacrée carte de visite pour cet Atelier Zéro Carbone qui porte si bien son nom.

CRÉATIVITÉ DURABLE...

À l’heure de choisir son orientation, Marine ne savait pas vraiment dans quelle voie s’engager. Une chose sûre : « Je voulais un métier où je serais amenée à créer tous les jours ! » Marine était aussi, déjà, très sensible au respect de l’environnement. La faute, notamment, à sa mère, qui exploite des vignes selon les principes de la biodynamie depuis 20 ans à Puligny-Montrachet ? Sa profession lui permettra de concilier sa créativité, son envie d’agir pour un monde plus durable et son goût pour les relations humaines… Ce sera donc l’architecture. Pas celle qui consiste à plaquer des modèles tout faits sur des programmes de masse, mais celle qui propose des solutions au cas par cas, souvent innovantes, à des problématiques spécifiques. « On ne peut concevoir une maison qu’après avoir pris en considération la façon dont ses occupants vivent, ce dont ils ont besoin, leur manière de consommer. L’objectif est d’aller le plus loin possible en tenant compte du budget. » La conception d’un bâtiment est donc le fruit d’un long processus d’écoute et de réflexion, de recherche aussi… Un exercice de contorsion aussi parfois avec les réglementations en vigueur. Sa première expérience de « maison écologique », Marine Jacques-Leflaive l’acquiert chez Zed Factory, quand elle réalise « Rural Zed », une maison bioclimatique à Grande-Synthe (Nord). Le projet de Puligny-Montrachet va encore plus loin : cette bâtisse de 150 mètres carrés sera achevée au printemps. La SCI du Pot de fer, pour laquelle l’Atelier Zéro Carbone la construit, ouvrira ses chambres d’hôtes à la location dès cette saison. Trois chambres d’hôtes environnementales, offrant une vue imprenable sur les vignes de Puligny- Montrachet. Autonome, la maison n’est reliée qu’au réseau d’eau potable : elle produit sa chaleur, son électricité, assainit ses eaux usées. Bioclimatique, elle est entièrement en bois non-traité : des panneaux d’épicéa de la forêt Noire de 6,5 à


1981 Naissance, le 9 avril, à Villefranche-sur-Saône.
2006 Diplômée de l’École spéciale d’architecture de Paris. Recrutée chez Zed Factory, à Londres.
2009 Sa première maison, à Grande-Synthe (Nord). Retour en France, où elle crée, en novembre, son agence, Atelier Zéro Carbone, à Nuits-Saint-Georges, avec son compagnon Emmanuel Dupont.
2011 Achève sa première maison « bioclimatique, passive et autonome », à Puligny-Montrachet
9 centimètres d’épaisseur doublés d’une couche de 22 centimètres de fibre de bois, le tout recouvert d’un bardage en pin des Landes, garantissent une isolation parfaite ; les panneaux, coupés sur mesure dans une usine alsacienne, ont été montés en quatre jours. La maison repose sur des pilotis en béton, qui l’isolent du sol et limitent son impact sur la terre. Un poêle bois assurera le chauffage d’appoint d’un bâtiment que la chaleur humaine de ses occupants doit suffire à rendre parfaitement habitable. Petites ouvertures triple vitrage au nord, double vitrage au sud, pierre de Chassagne au sol qui absorbe la chaleur du soleil, mur de briques réfractaires derrière le poêle pour mieux diffuser la chaleur du feu de bois : cette maison est bel et bien bioclimatique… « Elle est comme une couette : on s’y sent bien parce qu’on s’y chauffe soimême ! » Toutes les menuiseries sont en bois, et la toiture en zinc. Le mobilier est écolo (aucun bois traité, appareillage électrique en porcelaine…) et les appareils électroménagers ont été choisis pour leur faible niveau de consommation. Pour l’énergie justement, une éolienne de 18 mètres est dressée dans le jardin, et des panneaux photovoltaïques produisent l’électricité nécessaire. « Les occupants devront toutefois adapter leurs comportements à l’énergie disponible, précise Marine Jacques-Leflaive. Ils devront peut-être attendre que les batteries se chargent avant de lancer un lave-linge ! » De petites trappes, conçues « maison », donnent accès, depuis l’extérieur, aux toilettes-compost, dont la « production » servira d’engrais pour le jardin. Enfin les eaux usées sont traitées dans une série de cuves assurant une « phyto-épuration » à base de roseaux, évitant de se relier à l’assainissement collectif. Le prix de ce bijou d’habitat durable : 350.000 euros. Pas franchement délirant, surtout que les coûts de fonctionnement seront quasiment nuls. Marine Jacques-Leflaive fait visiter avec enthousiasme sa première maison bientôt achevée – l’Atelier Zéro Carbone conduit par ailleurs une dizaine de projets actuellement dont six vont entrer en chantier cette année, notamment une maison dans l’Ain et deux caves viticoles. La jeune architecte, qui maîtrise parfaitement les techniques du bâtiment, a conçu au millimètre près chaque recoin, chaque trappe, chaque passage de ce bâtiment inattendu au coeur du vignoble bourguignon. Un bâtiment à l’image de ce que sera l’architecture de demain, peut-on espérer.

Patrice Bouillot



Alerte Annonce judiciaire legale

Recevez par fil d'actualité des annonces judiciaires légales !

Choisissez votre département et les types de procédures judiciaires légales que vous souhaitez obtenir et chaque jour, obtenez en la liste !

S'INSCRIRE

Publicité
Flneries Musicales 2017