IdentifiantMot de passe

Votre journal économique : Les Petites Affiches Matot Braine
Abonnez vous pour profiter de l'intégralité de nos services !
Nos services
Nous contacter
Contactez une autre édition

  • Abonnez-vous
  • Appels d'offres par e-mail
  • Alerte Annonces légales
Portrait
Edition du 06/06/2011 au 12/06/2011

Icare père et fils

La passion du père a fait de son fils un champion de parapente. Le vol de Julien Brung commencé à Fumay se poursuit désormais dans les Alpes et un peu partout en Europe, au sein du groupe France.

photo de Julien BrungFin mai-début juin, le Fumacien Julien Brung était en compétition internationale en Slovénie. Ses parents, restés dans les Ardennes, suivaient ses performances sur le Net grâce à un site spécialisé reprenant par GPS les performances du jeune champion. « C’est idéal pour nous. Nous pouvons presque en temps réel connaître son résultat », explique Thierry, le papa, juste avant de partir lui-même s’adonner à la passion du parapente lors d’un stage aux Saisies. « La saison 2011 est un peu spéciale car Julien n’a eu l’occasion pour le moment de disputer qu’une seule compétition de série A. Il s’est classé 7e dans les Alpes à Montalembert ».

VIVRE L’EXCEPTION

Voler ! C’est bien la motivation première de cet Icare moderne, à l’instar de tous ceux qui pratiquent ce sport. « Nous volons, nous ne sautons pas ! C’est une nuance de taille par rapport au parachutisme », explique Thierry Brung, son père, qui est spécialiste de vol bi-place au sein du club de Fumay. Sur le secteur de la pointe des Ardennes, il existe une dizaine de sites pour l’envol. «Nous fonctionnons selon les mêmes principes aérodynamiques qu’un avion », poursuit Thierry. Avant le décollage, les membres du club envoient toujours un pilote solo et ont observé les signes (les feuilles ou les oiseaux), afin d’être bien renseignés sur le vent, comme les anciens scrutaient les augures. Ceux qui ont tenté l’expérience se disent comme dans un fauteuil suspendu à l’aile qui s’élève haut dans le ciel. Sans pour autant souffrir du vertige, détail d’importance ! « En biplace, je partage un vol en instantané et je ressens la joie des gens que j’emmène », commente Thierry Brung. « L’appréhension du départ cède vite le pas au plaisir. Après, ils ne sont plus pareils, ils ont vécu l’exception ! ».

LA PASSION AVANT TOUT

« Le club est très structuré, et nous faisons tout dans les règles.Chaque membre s’implique avec rigueur, notamment sur le plan de la sécurité. C’est bien le partage des émotions qui nous motive avant tout ». L’association a fêté ses 30 bougies il y a 3 ans, et compte environ 140 membres, principalement issus du nord de la France, un peu de l’est, avec également des passionnés belges. Depuis trois ans, certains membres ont suivi une formation spécifique afin d’emmener des personnes à mobilité réduite. Le vol bihandi se réalise avec un chariot adapté. Au-delà du travail du club, Thierry a une autre raison d’être fier, puisqu’il a transmis sa passion, et, depuis Julien a signé quelques belles pages sur le plan de la compétition. Pourtant, à l’origine rien n’était simple pour ce père qui voyait son fils vouloir pratiquer la même discipline que lui. « Je dois avouer qu’au départ, j’ai eu tendance à décourager Julien, car il faut être très mature pour pratiquer ce sport. Il faut être


1989 Naissance le 29 juin au Blanc-Mesnil (93).
2005 Premier stage d’initiation au parapente.
2007 Membre du Pôle Espoir de Font Romeu.
2008 Champion de France Jeunes à Séderon (Drôme).
2009-2010 Membre du Pôle France et vice-champion de France Jeunes (ainsi qu’en 2010).
capable de prendre rapidement la décision de décoller ou non. Et surtout de ne jamais prendre de risque ».

ATTEINDRE LES NUAGES

C’est en 2005, que Julien est initié à cette discipline lors d’un stage jeune organisé à Saint-Pierre-de-Chartreuse, par Pointe Ardenne Parapente, le club où évolue son père. La passion ne le lâchera plus ! En 2007, Julien Brung fait ses débuts au pôle Espoir de Font Romeu. C’est là qu’il apprend toutes les bases de pilotage durant deux années scolaires lors desquelles il obtient son bac. Depuis 2009, il est étudiant à l’IUT Tech de Co près de Chambéry en sport étude, et il vole au sein du Pôle France. Ce que Julien aime dans le parapente ce sont les vols en groupe, « wagater » près du sol, atteindre les nuages et atteindre un but avant les autres. « Quand la météo ne permet pas de voler, nous travaillons le physique, une condition essentielle pour le parapente », confie le jeune champion. Le principe de la compétition est simple : à partir d’un point, les concurrents armés d’un GPS doivent suivre un itinéraire balisé enregistré. Celui qui met le moins de temps a gagné... Les distances varient entre 40 et 70 km pour une manche. Une compétition classique en compte généralement deux. Son premier titre national en 2008 fut une émotion majeure pour le champion ardennais. Le championnat de France Jeunes, se disputait en 4 manches à Séderon dans la Drôme. En 2010, au terme de trois manches, Julien est allé prendre pour la seconde année consécutive la médaille d’argent du championnat Jeunes, à Courchevel, entre le mont Jovet et l’atterrissage de Bozel en découvrant tout le fond de la vallée. Cette saison, la compétition revient sur un site qui a porté chance à Julien, puisque du 27 au 30 août, Séderon accueillera de nouveau le championnat national Jeunes. Peut-être un signe pour un deuxième titre !

Alexandre Verguet



Alerte Appels d'Offres

Recevez par e-mail des offres de marchés publics !

Souscrivez à ce service pour recevoir gratuitement par e-mail des appels d'offres concernant votre activité, près de chez vous !

S'INSCRIRE